Comportement exigé versus comportement émis

  • By chienzen
  • On 2021-02-21 14:26:30
  • 0 comments

Quelle est la différence entre  comportement exigé et comportement émis?


Pour répondre à cette question, abordons tout d’abord ce que sont des deux type de comportement.
Comportement exigé: on va demander au chien de faire quelque chose, c’est à dire de produire un comportement que nous aurons demandé. L’exemple de plus courant serait « regarde moi ». On le retrouve dans l’éducation canine mais également en rééducation comportementale. On demande au chien de nous regarder, souvent dans le but d’obtenir son attention avant d’exécuter un comportement, ou pour détourner son attention, notamment pour les chiens réactifs.
Comportement émis: il s’agit de tout comportement spontanément proposé par le chien. Cela peut être nous regarder, s’assoir, se coucher, etc.

La différence majeure entre ces deux comportements se situe au niveau de l’émetteur de la demande: dans le premier cas, nous sommes acteurs alors que dans le deuxième, le chien est lui-même acteur du comportement. C’est lui qui a pris la décision de nous regarder, pour reprendre cet exemple.
Abordons maintenant le pour et le contre des comportements émis et exigés, ainsi que ce que ça implique pour le chien et pour nous. Dans le cas du comportement exigé, le chien n’a que deux options: répondre à notre demande (il sera donc renforcé pour ce comportement) ou faire la sourde oreille (ce qui engendrera de la frustration chez nous). « Range ta chambre! »… ces mots résonnent encore dans ma tête, bien que je sois partie de chez mes parents il y a plus de 20 ans. Qui éprouve un réel plaisir à ranger lorsque la demande est exigée de la sorte? En revanche, nous prenons parfois (on va dire certains plus que d’autres) l’initiative de ranger, organiser, voir plonger dans un nettoyage de printemps, et ce de notre propre chef. Et là, quelle satisfaction! Quel plaisir du travail accompli lorsqu’on observe le résultat de quelques minutes ou quelques heures de rangement. N’en serait-il pas de même pour nos compagnons canins? Je ne parle pas de leur faire ranger leur chambre, mais de façonner des comportements qui sont importants pour nous, tout en laissant notre chien en prendre l’initiative.


Une des problématiques récurrentes en éducation canine est la marche en laisse. Ce comportement n’est absolument pas naturel pour nos compagnons, et pourtant nous en avons régulièrement besoin, pour leur sécurité surtout. Bien souvent la faille provient du manque d’attention que le chiot ou jeune chien porte à celui qui se trouve à l’autre bout de la laisse: nous humains.
Lorsque je parle d’ « attention », je pense surtout au focus. Un chien ne peut clairement pas marcher en laisse en étant attentif à nous moindre faits et gestes, mais l’apprentissage de la marche en laisse ne peut se faire à mon sens sans focus.

Qu'est-ce que le focus ?

 

Le focus est tout simplement l'attention que votre chien va porter à la tâche qu'on lui demande. Est-il concentré ? Est-il en mesure de travailler ? Bien à son affaire ?
Avoir un chien concentré dépend de plusieurs facteurs :
Etat cognitif : il s'agit de l'ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance et mettent en jeu la mémoire, le raisonnement, l'apprentissage, l'intelligence, la résolution de problèmes, la prise de décision, la perception ou l'attention. On sait aujourd'hui, grâce aux recherches et tests effectués sur nos compagnons qu’ils ne sont pas tous égaux face à la cognition. Certains chiens sont plus avantagés que d'autres, en fonction de leur génétique, de leurs origines, mais également de l'environnement dans lequel ils ont grandi ou celui dans lequel ils évoluent.

Etat émotionnel : tout comme nous, les chiens peuvent passer par des hauts et des bas. Ils sont souvent joyeux, mais ils peuvent aussi être tristes ou stressés. Lorsqu'on parle de stress (rupture de l’équilibre/homéostasie) chez le chien, il s'agit la plupart du temps de l'impact de l'environnement sur leur état émotionnel. Prenez l'exemple d'un chien sensible au bruit : vous le sortez pour effectuer une recherche en extérieure, et sur le trajet jusqu'à la zone de recherche, vous croisez une moto qui pétarade et effraie votre chien ! Il y a fort à parier que cet évènement va affecter votre compagnon sur une durée plus ou moins longue. Pensez-vous qu'il sera à même d'effectuer la recherche correctement ?

Etat de la motivation : dans tout apprentissage ou tâche à effectuer, la motivation remplit un rôle important. Quel bénéfice retire votre chien de l'enseignement ? S'il est renforcé avec des récompenses de valeur haute (fromage, saucisse, etc.) il est probable qu'il sera plus attentif et plus enclin à répéter une action bien payée. L'historique de renforcement va également avoir une incidence sur cette motivation : il ne suffit pas de récompenser 2-3 fois pour obtenir une association forte entre la tâche à accomplir et l'envie de le faire. Ne lésinez pas sur ces renforcements et renforçateurs lors de la phase d'apprentissage. Plus l’expectative du chien sera importante sur cette tâche, plus sa motivation sera haute.

Etat physiologique : il s'agit de l'état physique de votre animal. Mon chien est-il en bonne santé ? A-t-il faim ou soif ? A-t-il besoin d'aller aux toilettes ? Est-il malade ou peut-être patraque aujourd'hui ? Ressent-il des douleurs ? Tous ces facteurs physiques vont avoir une implication sur sa concentration à effectuer une tâche donnée.

Un dernier facteur à prendre en compte : VOUS. Comment vous sentez-vous aujourd'hui ? Avez-vous envie de vous amuser avec votre chien ? Etes-vous de bonne humeur ou vous sentez-vous fatigué ? Vos émotions, votre motivation et votre état physiologique vont également avoir un impact sur votre chien. Il s'agit d'un travail d'équipe alors assurez-vous d'être aussi en forme que votre chien au moment des exercices ou séances d'apprentissage.

Le focus comme bouton de départ ? C'est une excellente technique. Quand je débute un exercice, je "demande" à mon chien s'il est prêt. Et si j'ai un doute, j'attends qu'il m'offre le regard qui veut dire : "bon, alors, on y va ? on le fait ce truc ?". A ce moment-là je sais que je peux demander à mon chien d’executer un exercice, ou d’observer ce que je fais, parce que je vois qu'il est bien concentré et qu'il a envie.
Le bouton de départ sera votre petit rituel pour débuter tout apprentissage avec votre chien. Cela lui permettra, à terme, de savoir exactement ce qu’on attend de lui.
Comment choisir son bouton de départ ? Tout simplement en prenant un comportement que votre chien connait bien et qu'il aime faire ! Ça peut être "assis", "terre", mais aussi "donne la patte", "tourne sur toi-même", « touche la main », etc. J'insiste simplement sur le fait que ça doit être un comportement qui lui plait ; vous éviterez ainsi de faire baisser sa motivation d’apprentissage avec une contrainte.
Une fois que vous avez choisi votre bouton de départ, votre petit rituel, vous allez le mettre en place avant chaque exercice. Il s'agit d'un comportement simple qui va avertir le chien de ce que vous allez lui demander. A force de répétition, il va faire le lien entre ce comportement et ce qui va suivre.


Pour reprendre l’exemple de la marche en laisse, cet exercice si compliqué pour bon nombre peut être simplement mis en place de façon ludique et aisée dès les premières semaines à nos côtés, pour autant qu’on tienne compte du focus du chien/chiot ainsi que de l’environnement dans lequel on le met en place.

 

Add a comment